Longines et la fondation « André Agassi Foundation For Education »

André Agassi, le « Kid de Las Vegas » est le seul joueur de l’histoire à avoir remporté les sept titres les plus prestigieux du tennis en simple : les quatre tournois du Grand Chelem, la médaille d’or olympique, le Masters et la Coupe Davis. Un grand champion qui n’aime pas son sport, un tennisman qui n’aime pas le tennis et qui, pourtant, est l’un des joueurs les plus emblématiques des années 1990. Il a tiré sa révérence avec un palmarès riche de 75 titres en simple dont 8 en Grand Chelem et d’une médaille d’or en simple lors des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta.

AGASSI_LONGINES

Il est depuis 2007 l’un des ambassadeurs Longines, célèbre entreprise horlogère Suisse qui est également depuis cette même année, le chronométreur officiel de Roland Garros. Le partenariat entre Longines et Agassi va plus loin qu’un échange d’image et de représentation, le soutient à la fondation Agassi est depuis le début un des piliers de leurs relations. Plus qu’un deal c’est un engagement, André l’explique en ces termes lors d’une interview récente : « Ils savaient ce que je faisais, ils sont venus dans les écoles, ont vu les enfants, ils m’ont informé des causes qu’ils supportaient via leur marque horlogère. Ils se sont rangés derrière mon objectif, ont pris du temps, en montrant par exemple aux enfants comment construire les montres. Tout a bien collé entre nous. Car nous voulons juste faire un peu plus que ce que nous sommes, pour aider le monde à aller mieux. »

C’est grâce à cette conjonction, grâce à ce partenariat et cette belle histoire entre ces deux légendes que j’ai eu la chance de le rencontrer et de vivre un moment unique. Profitant de la présence d’André à Paris à l’occasion des Internationaux de France, Longines a mis en vente 10 chronomètres Conquest Roland Garros et a reversé l’intégralité des fonds à la fondation André Agassi Foundation For Education et je suis l’heureux acquéreur de l’une d’entre-elles.

AGASSI SIGNATURE MONTRE STEPHANE PUCHOIS

ANDRE_AGASSI_STEPHANE_PUCHOIS

LONGINES ROLAND GARROS STEPHANE PUCHOIS

La question qui est souvent posée à André Agassi est la suivante : pourquoi créer une fondation pour les enfants ? la réponse est simple : «Si vous étiez dans ma position, comment serait-il possible de ne pas vouloir aider ceux qui en ont besoin ? Comment serait-il possible de ne pas vouloir qu’un peu d’espoir passe dans les yeux d’un enfant ? à 23 ans, avec les premières victoires en tennis, j’ai compris qu’il fallait que je rende une partie de tout cet amour, de cette énergie, que l’on m’avait donné. Il ne s’agissait pas pour moi de faire de simples dons à des œuvres caritatives. Je me suis investi dans des associations, dans l’éducation, et je n’ai jamais cessé depuis».

Son enfance n’a pas été simple et son parcours professionnel non plus, il l’a consigné dans sa biographie sans mentir, sans cacher. Il raconte son parcours, sa vie, ses succès et ses échecs : « J’ai pensé que ma vie pouvait intéresser tous ceux qui m’ont vu arriver à la première place du classement ATP, reculer à la 141e, puis revenir au rang de numéro 1 mondial, sans jamais vraiment savoir, sans jamais vraiment réaliser ce contre quoi je me battais chaque jour. J’avais à peine 7 ans quand j’ai commencé l’entraînement. Mon père avait décidé avant même ma naissance qu’il ferait de moi un champion du monde de tennis. J’étais timide, ça a été terrible. À l’école de tennis de Nick Bollettieri, les autres ados avaient l’air content. Pour moi, c’était une prison, car je n’avais pas choisi d’être là et je n’aimais pas le tennis. Je vais mieux. Grâce à ma femme (Steffi Graf), à mes merveilleux enfants, à l’école que j’ai monté pour les enfants déshérités de Las Vegas, au sein de laquelle je passe énormément de temps. »

Pourquoi avoir créé cette fondation alors qu’il n’avait que 24 ans et qu’il était au sommet de sa carrière ? la aussi la réponse est simple : «Je savais la chance que j’avais dans ma vie de joueur. Je vivais un rêve qui était un peu déconnecté de ma propre vie finalement. Mes conditions de vie étaient excellentes et je pensais que des enfants qui n’avaient pas eu la même chance pouvaient avoir cela. Le faire durant ma carrière plutôt qu’après paraissait plus pertinent. En étant joueur, je pouvais davantage sensibiliser les gens, et amener des ressources financières. Ma carrière me donnait un très bon point de départ pour avoir une belle visibilité. Vingt ans plus tard, je n’aurais jamais pensé pourvoir récolté plus de 175 millions de dollars, construire des écoles pour des milliers d’enfants, à Las Vegas et dans tout le pays. Je suis très content d’accepter le fait d’être un exemple qu’en fait nous sommes tous. Nous pouvons tous faire la différence, nous pouvons tous changer la vie d’un enfant en la rendant meilleure. A l’Academy, nous essayons d’instiller en chaque enfant un sentiment de confiance personnelle, mais aussi en leur montrant qu’ils participent tous à quelque chose qui les dépassent. Nous sommes heureux de parler de nos erreurs à d’autres éducateurs comme de ce que nous avons réussi. Tout est question de buts, d’espoirs et d’aspirations, tout cela n’étant possible qu’avec du travail, beaucoup de travail.»

Le chemin comblé d’obstacles et d’embuches est celui qui mène à la grandeur. André Agassi est un grand champion mais c’est surtout un grand monsieur.

Si vous souhaitez faire un don : http://www.agassifoundation.org/ways-to-give/donate-to-the-foundation/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s