Oliver Sacks : médecin et poète

Biologiquement, physiologiquement, nous ne sommes pas tellement différents les uns des autres ; historiquement, en tant que récit – chacun d’entre nous est unique.

Cette phrase est tirée du livre « L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau », livre qui a valu à Sacks son plus grand succès de librairie dans lequel il décrivait les affections les plus singulières, les plus étonnantes qu’il avait rencontrées chez ses patients. Je trouve qu’elle résume assez bien son travail qui a consisté à rechercher et à comprendre l’histoire des hommes et des femmes qu’il a étudié et soigné. Il rajoute dans le même paragraphe que : « Chacun d’entre nous est une biographie, une histoire, un récit singulier, qui s’élabore en permanence, de manière inconsciente, par, à travers et en nous – à travers nos perceptions, nos sentiments, nos pensées, nos actions ; et également par nos récits, nos discours. »

sacks_oliver.jpeg

Sacks est mort en 2015, il avait 82 ans. Il a été médecin durant 40 années à l’hôpital Beth Abraham, qui a d’ailleurs honoré sa remarquable contribution à la musicothérapie et aux effets de la musique sur le cerveau humain. Il a également été instructeur, puis professeur en neurologie avant de devenir  professeur de neurologie et de psychiatrie à l’université de Columbia, mais il a surtout été un éternel curieux. Un observateur et un étudiant qui consignait ses découvertes dans des livres.

Vous trouverez de nombreuses vidéos mais j’aime particulièrement celle-ci, elle retrace son parcours et donne une image de ce qu’il est possible d’accomplir dans une vie :

Il disait que la science ne doit pas se départir de l’art, de la poésie. Le New York Times a dit de lui que « C’était un poète lauréat de médecine », je pense que c’est la phrase la plus juste à son sujet. Je vous recommande tous ses livres, ils se dévorent facilement, se vivent. Les détails narratifs donnent l’impression d’une conversation avec un des plus grands observateur du cerveau humain. J’ai particulièrement aimé son autobiographie, une longue vie très large.

C’est le destin de tout être humain que d’être un individu unique, de trouver sa voie, de vivre sa vie puis de mourir.

Cette magnifique phrase, elle aussi, est de lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s