Mike Tyson, un homme derrière la légende

Si tu penses que s’entrainer c’est difficile : essaye la défaite. Cette maxime résume en une phrase ce qui motive un grand nombre de compétiteurs, non pas la volonté de vaincre mais la détestation de la défaite.

 Je veux gagner. Je suis né en enfer, et à chaque fois que je gagne je sors de l’enfer.

Cette phrase est de Michael Gerard Tyson et elle a été prononcée lors d’une interview récente en réponse à une question de Laurent Vimont qui lui demandait « pourquoi il avait ce regard si particulier quand il combattait (…). Qu’est ce qui se passe dans la tête de Mike Tyson à cet instant quand il est sur le ring? » il est focus sur un objectif : gagner pour s’extraire de ce qu’il était, pour oublier ses premières années.

mike_tyson_boxing_legend

Un peu d’histoire ; à 20 ans, 4 mois et 23 jours, « Iron Mike » devient le plus jeune boxeur à remporter un titre mondial. C’est également le premier boxeur à réunifier un titre mondial des poids lourds. Après avoir remporté le titre WBC en 1986, le titre WBA en mars 1987, quelques mois plus tard il remporte le titre IBF et devient champion du monde incontesté des poids lourds. Il conserve ces 3 ceintures pendant trois ans.

Tout commence seulement 7 ans plus tôt, alors qu’il n’a que 13 ans et qu’il est en maison de redressement, il se fait repérer par un ancien boxeur qui le fait placer dasn un autre établissement, chez un ancien entraineur qui s’occupe de jeunes délinquants. Pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de Cus d’Amato, ancien entraineur de Floyd Patterson et de José Torres. Celui-ci deviendra le père spirituel de Tyson et prédira que ce jeune garçon – qui pèse déjà 80 kilos pour 1,78 mètre – sera un jour champion du monde si il travaille dur.

1139730-18355513-2560-1440

Et il a travaillé dur, vraiment dur.  Le palmarès de Mike Tyson est impressionnant :

  • 2 fois champion des poids lourds de la WBC (22 nov 1986 – 11 fév 1990 ; 16 mars 1996 – 24 sept 1996)
  • 2 fois champion des poids lourds de la WBA (7 mars 1987 – 11 fév 1990 ; 7 sept 1996 – 9 nov 1996)
  • 1 fois champion des poids lourds de la IBF (1er août 1987 – 11 fév 1990)

Mais pour gagner des titres il faut combattre, la aussi les chiffres parlent d’eux mêmes :
– 54 combats amateurs : 48 victoires, 6 défaites
– 58 combats professionnels : 50 victoires (dont 44 KO), 6 défaites et 2 sans décisions.

ZJp923h

Est-ce qu’un homme est préparé à devenir une légende? Comment passer de la misère au panthéon et garder les pieds sur terre? je n’en ai aucune idée.

En 1982, à 15 ans il disait  « j’aime être arrogant, pas beaucoup mais un peu, cela faisait partie du sport, cela fait parti de moi et je ne changerai pour personne » un peu plus de 5 ans plus tard, alors qu’il est jeune champion du monde il l’est beaucoup plus et il se compare à un dieu : « un titan, la réincarnation d’Alexandre le Grand » et il ajoute « Il m’arrivait de me balader chez moi avec ma ceinture et rien d’autre. Puis de faire l’amour . »

Dans son autobiographie on peu lire un passage sur cette facette de sa personnalité, alors qu’il a déjà les deux titres WBC et WBA, il doit affronter Michael Spinks pour le titre IBF. Et il écrit : « Dès que j’ai vu Spinks sur le ring, j’ai su qu’il n’avait aucune chance. Il ne m’a pas regardé dans les yeux pendant les instructions. (…) A la cloche, j’ai fondu sur mon rival. Je l’ai bourré de coups un bon moment, et il a riposté. Là, j’ai su qu’il n’arriverait pas à me faire mal. Je ne sentais même pas ses coups. Au bout d’une minute, je l’ai allongé d’une droite au corps. C’était la première fois de sa carrière que Spinks allait au sol. Je savais que le combat était terminé parce que toute la semaine, j’avais laminé mes sparring-partners de coups bien plus puissants que celui qui venait de faire flancher Spinks. Je suis retourné à mon coin mains tendues, paumes vers le ciel. Tous les grands champions faisaient ce geste d’humilité, mais dans mon esprit, j’étais le meilleur. »

Pourtant aujourd’hui, en 2017,  il donne comme conseil dans cette même interview que je cite en introduction : « Soyez humble, si vous ne faites pas preuve d’humilité dans ce monde : c’est ce monde qui vous rendra humble » l’homme à 51 ans et il semble plus serein, il sait de quoi il parle et il n’a pas été épargné par la vie. On pensera ce que l’on veut du personnage médiatique, une chose est certaine c’est qu’il a marqué son sport comme peu de sportif avant lui. Une chose est certaine également c’est que la boxe l’a marqué elle aussi : « Quand j’étais boxeur, j’ai été heureux un moment, mais après la mort de Cus, ça n’a pas duré. Je n’ai jamais voulu être Iron Mike. Je détestais ce type. Parfois je me demande même si j’étais fait pour vivre. Je pense être une erreur de cette putain de nature (…) Personne n’entend mes cris de douleur. Je déteste la vie, je me déteste. Si j’avais des couilles, je me tuerais. Enfin, c’est ce que je pense. Puis ma petite chérie, Milan (une de ses filles, née le 24 décembre 2008), entre dans la pièce et les nuages s’en vont. Voilà ma récompense d’homme responsable. »

Il a eu des hauts et des bas, il est passé des ténèbres à la lumière, il a eu les plus grandes joies et les plus grandes peines, mais l’homme est toujours là et il est toujours debout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s